Nintendo Wii
Nom complet : Sonic et le Chevalier Noir
Genre : Beat-them-all
Développeur : Sonic Team
Editeur : Sega
Distributeur : Sega
29 septembre 2010
20 septembre 2010
22 septembre 2010

Avis de la presse

Mélanger l’univers si particulier de Sonic avec celle des légendes Arthuriennes il fallait y penser et la team Sonic l’a fait. Malheureusement, cela n’est pas forcement synonyme de bonne idée, comme le prouve Sonic et le chevalier Noir qui se révèlent être absolument décevant sur de nombreux points comme en témoignent la maniabilité imprécise de la Wiimote, les combats confus qui surviennent toutes les 10 secondes, l’extrême linéarité des niveaux, la faible durée de vie et j’en passe…

Il est loin le temps où l’évocation du nom de Sonic dans un titre pouvait faire frétiller de plaisir un grand nombre de joueurs. Aujourd’hui, notre pauvre hérisson est tombé bien bas et se retrouve dans un jeu indigne de lui, attardez-vous plutôt sur Sonic Unleashed si vous voulez retrouver la mascotte de Sega en meilleure forme… et encore…
Lire la critique complète
De Sonic et le Chevalier Noir, on aurait préféré garder uniquement le souvenir d'un jeu à la réalisation soignée avec une trame agréable à suivre et une atmosphère globale assez plaisante. Mais au final c'est le manque cruel d'équilibre du gameplay, entre des courses abrégées et des combats à l'épée peu attirants, qui a le dernier mot. Une jouabilité mal calibrée et un level-design brouillon empêchent le titre de la Sonic Team de prendre son envol, d'autant plus que les très courtes missions s'enchaînent assez rapidement. Ce n'est donc pas encore sur ce coup que l'infatigable hérisson bleu de Sega brillera par ses ébats. Lire la critique complète
Certes linéaire, Sonic Et Le Chevalier Noir est un bon titre mais un tantinet négligé par sa production surtout dans les phases rappelant la période médiéval. Techniquement bien réalisé dans son ensemble malgré des irrégularités d’un niveau à un autre, avec une prise en main simple et une bande son très bien, Sonic Et Le Chevalier Noir manque un peu de piment. Sa durée de vie est augmentée avec le mode multi-joueurs et les différentes quêtes annexes ce qui n’est pas pour déplaire. Sonic Et Le Chevalier Noir devrait donc plaire à un large publique et en amuser plus d’un malgré quelques petites choses parfois dommages. Bref, le jeu peu vous épater parfois par sa qualité et vous faire dire " dommage " à d’autres moments. Cependant ce petit gout se laisse vite mettre de côté si on se met à comprendre le choix de l’orientation du jeu. Attention quand même au gameplay moyen. Lire la critique complète
Dans la droite lignée de Sonic & the Secret Rings, Sonic & le Chevalier Noir lui est en de nombreux points inférieur. Moins accessible encore que son prédécesseur qui avait rebuté les impatients, cette nouvelle épopée regorge néanmoins de richesses qu'il appartiendra aux méritants de capturer puis de dompter. Plus beau et proposant quelques surprises de taille en fin d'aventure, le soft demeure tout de même moins efficace que son illustre aîné. Moins dur, moins long, moins complet et disposant d'un mode multijoueur moins intéressant (euphémisme en vue), le Chevalier Noir consolide et s'accroche à ses qualités pour ne risquer le statut de bon jeu qui n'offrira ses délices qu'aux persévérants. La progression est motivante, le jeu agréable, l'essentiel est donc assuré, même s'il ne conviendra pas à toutes les mains. Lire la critique complète
SEGA semble actuellement sur la voie d'une renaissance prometteuse en tant qu'éditeur, [...] et il est de plus en plus difficile de voir ce que Sonic peut apporter comme valeur ajoutée à cette gamme. Sonic n'est pas vraiment un loup-garou, ni un chevalier non plus. En fait, il est plus grand-chose : un concept passéiste taillé pour un monde 2D et, malheureusement, en 2009 cela le rend aussi incongru qu'un billet d'entrée pour un spectacle de Charles Trenet dans la salle de spectacle du Titanic.
Il est devenu un hérisson anachronique, un peu comme ce vieux comptable dépassé que l'on a relégué au quatrième sous-sol dans les entreprises modernes. À l'époque des livres de comptes et des calculettes, c'était un as dans sa partie, puis sont venus les ordinateurs et il n'a jamais pu vraiment se faire à Excel. On aurait dû lui offrir une retraite luxueuse ou l'abattre tranquillement d'un coup derrière la tête lors d'une réunion de cadres et l'enterrer sous la salle des serveurs.
Lire la critique complète
Clairement à l'agonie, Sonic et le Chevalier Noir érode un peu plus l'image du hérisson supersonique qui n'avait certainement pas besoin de ce coup de poignard dans le dos, après un Sonic Unleashed : La Malédiction du Hérisson tout juste moyen. Doté d'une réalisation aux petits oignons qui surprendra à coup sûr les détracteurs de la Wii, le jeu se plante littéralement sur le gameplay qui pourrit la progression dans les niveaux avec des combats incessants et une reconnaissance de mouvements défaillante. L'imprécision constante de la Wiimote apparaît alors comme la cerise sur le cake, une sorte de calice que les joueurs avertis boiront jusqu'à la lie. Car Sonic et le Chevalier Noir s'adresse avant tout aux néophytes qui découvrent l'univers du jeu vidéo, et à qui l'on peut tout faire croire, même que Sonic est grand, beau et fort avec une épée entre les doigts. Lire la critique complète
C'est en jouant à Sonic et le Chevalier Noir que l'on se prend à regretter la (relative) sévérité avec laquelle on avait accueilli Sonic Unleashed. Doté d'un gameplay pénible centré sur des combats sommaires et répétitifs qui hachent la progression dans les niveaux et nuisent à la sensation de vitesse typique de la saga, ce nouvel opus brille surtout par son level-design catastrophique qui éclipse sa réalisation très réussie. Au final, Sonic et le Chevalier Noir fait partie de cette catégorie de jeux étranges dans lesquels on peut avoir du plaisir à progresser (pour découvrir des nouveaux environnements, avancer dans l'histoire, débloquer des choses ou d'autres) sans pour autant en avoir à jouer. Lire la critique complète
Difficile de dire si c'est la tristesse, la frustration ou le mépris qui prédomine, mais, une chose est sûre, Sonic et le Chevalier Noir n'inspire aucun enthousiasme. Malgré une réalisation plus que correcte et un background assez dépaysant, ce nouvel épisode de la série décapite purement et simplement le gameplay grisant qui a fait le succès de la mascotte de Sega. Car cette idée saugrenue de balancer des hordes de monstres tous les quinze mètres et de confier une épée à notre hérisson, c'est un peu comme installer des dos d'âne sur une autoroute allemande. Constamment stoppée par des combats inutiles et brouillons, la progression dans les niveaux, par ailleurs peu inspirés, devient poussive, chaotique et ennuyeuse. Bref, la Sonic Team semble avoir raté une occasion de s'abstenir et prouve, en tout cas, que leur hérisson redevenu si bankable mériterait bien plus d'attention et de soin. Lire la critique complète