Avis de la presse Sonic Riders (Nintendo GameCube, Playstation 2, Xbox, PC) - SonicOnline.fr

Le site numéro 1... en partant de la fin !
Première sortie : 21.02.2006
Plateformes : Nintendo GameCube, Playstation 2, Xbox, PC
4
images
3
videos
5
avis joueurs
7
avis presse
Avis de la presse

12/20

Sonic Riders n’est pas mauvais et peut offrir de très bons moments mais il fait face à un manque d’ambition certain. Beaucoup de personnages, beaucoup de planches, beaucoup de modes de jeux… et trop peu de circuits. Bref, un mode histoire un peu plus accrocheur, une vingtaine de parcours supplémentaire ainsi qu’une jouabilité améliorée et nous tiendrons là un second opus de qualité. Au boulot ! Lire la critique complète

14/20

L'ensemble est un peu brouillon, à cause de la profusion d'éléments à l'écran, ainsi qu'une maniabilité bien trop approximative. Et c'est d'autant plus gênant à quatre sur un écran splitté. Il faut donc s'accrocher, prendre du temps pour apprivoiser le jeu et faire disparaître les sensations de frustration et d'injustice.
Finalement, on se laisse prendre par la compétition d'autant que les développeurs ont tenté d'équilibrer au mieux le jeu. Au final, même si le gameplay est loin d'être parfait, il est plaisant, et la richesse des menus, les options à débloquer et autres objets à acquérir consoleront les collectionneurs en herbe.
C'est donc une adresse bien sympathique, pas indispensable, mais sur laquelle on peut faire une halte, pour peu qu'on en ait le temps et l'argent.
Lire la critique complète

9/20

Il est loin le temps où la Sonic Team arrivait à nous surprendre à chacune de ses productions. A mi-chemin entre un SSX et un F-Zero, Sonic Riders n’arrive malheureusement pas trouver sa voie et se perd dans des idées certes intéressantes sur le papier mais beaucoup trop mal élaborées sur le terrain, ce qui en devient presque handicapant. Pas bien joli, un peu chaotique et disposant d’un gameplay bancal, Sonic Riders restera dans les mémoires pour sa vitesse d’animation, ce qui n’est bien évidemment pas suffisant. Lire la critique complète